Bienvenue

Bienvenue sur notre blog .. Vous trouverez sur ces quelques pages notre expérience quotidienne durant trois années sans voiture. Nous espérons que celle-ci vous aidera à sauter le pas ou en tout cas à réduire vos trajets automobiles et pourquoi pas votre empreinte écologique.


Bonne visite !

dimanche 11 mai 2008

4 jours en vélotrain

J'ai enfin réussi à sortir Greg de son fauteuil, pour un long week-end !!! (véridique, je vous assure). Nous équipons nos deux vélos des nouvelles sacoches reçues dernièrement, direction Rhônes-Alpes... Ou plutôt la gare de Tonnerre, car en 4 jours, pas vraiment le temps de tout faire en vélo + carriole. Température estivale, nous avons donc pu minimiser nos besoins en vêtements, et les sacoches ne sont pas pleines, mais nous transporterons tout de même sur nos fidèles vélos :
  • moi : 3 sacoches arrières pesant 15 kilos
  • Greg : 3 sacoches arrières pesant 9 kilos + la remorque avec les enfants et les duvets pesant plus de 35 kilos.

Jeudi 8 mai
Tonnerre - Givors
  • 1500m en vélo pour rejoindre la gare.
  • 3 trains : Tonnerre-Dijon ; Dijon-Lyon ; Lyon-Givors. Nous avons donc monté nos deux vélos et la carriole dans le train pour Givors, via Dijon et Lyon. Deux changements, ça commence à faire, avec à chaque fois l'appréhension de devoir passer par les escaliers pour changer de quai ; ce qui est le cas à Dijon, la pire gare aujourd'hui testée (un seul ascenseur sur la voie 1, pas de passage rabaissé pour les vélos et fauteuils roulants). Moi je porte Zya, Zoltan suit, et Greg passe un vélo, puis deux, puis la carriole d'un quai à l'autre. J'avais prévu l'écharpe de portage pour porter Zya et avoir les mains libres pour bouger vélos et carriole. Mais nous faisons face à d'autres difficultés, récurrentes sur les vieux trains. Lorsque l'on constate les différences de hauteur entre quai et train, il m'est assez difficile d'aider Gregory, avec le risque de ne pouvoir retenir le vélo lors de sa descente du train, et de l'abimer ! Pour ce qui est de les monter, une trentaine de kilo de vélo et sacoches, je n'en ai pas la force. Heureusement, sur les sept trains pris lors de notre week-end, nous aurons la chance de profiter de trains équipés (portes larges, espaces vélos accessibles, trains rabaissés), quand les chefs de gare et contrôleurs arrivent à nous donner les bonnes informations.
  • 1500m en vélo pour arriver chez les grands-parents de Greg.


Vendredi 9 mai
Givors - Villars les Dombes
  • 1500m en vélo pour rejoindre la gare. Si Greg s'était galéré dans les escaliers la dernière fois qu'il était venu à Givors, nous accédons cette fois au quai directement par un parking derrière la gare, via un passage rabaissé sur une voie qui sert peu. Heureusement, car le train entre en gare peu après notre arrivée.
  • 2 trains : Givors-Lyon ; Lyon-Villars les Dombes. Pas de problème dans les trains, ni à la gare de Lyon : quel bonheur de pouvoir emprunter les rampes d'accès de la gare aux quais pensées pour les vélos, fauteuils, poussettes,... Même Zya peut rester tranquillement installée dans la carriole pendant que je pousse mon vélo (on aurait presque envie de pédaler !). Une mauvaise surprise nous attend par contre à Villars. Une superbe passerelle avec ascenseur enjambe les deux voies, seulement elle n'est pas encore en service et la gare en travaux n'offre aucune alternative aux escaliers. Sous le soleil, on décroche les sacoches et Greg porte les vélos. La chef de gare nous porte aimablement quelques sacoches, Zoltan se charge des duvets, et nous repartons.
  • 500m en vélo pour rejoindre le camping. Villars est vraiment une toute petite ville qu'il est agréable de traverser en vélo. Nous dormons donc en camping où nous étrenons notre tente et nos matelas ainsi que notre réchaud nouvellement acquis. Le camping est cher pour selon que nous sommes hors saison (la piscine est fermée, alors qu'elle nous aurait fait grand bien après l'épreuve de la gare !). La douche de Zya dans des sanitaires pas adaptés nous pose question et je pense que nous devrons nous équiper (et donc un peu plus nous charger) pour pouvoir lui faire prendre un bain lors de nos prochains campements.


Samedi 10 mai :
Villars les Dombes - Villeneuve
27 km en vélo à travers la Dombes

Après la sieste de Zya qui décidément aime la tente et son duvet, nous effectuons un dernier tour dans Villars, notamment par le très agréable sentier qui relie la gare à l'incontournable parc des oiseaux , et qui permet de découvrir cette petite ville médiévale. Nous partons ensuite direction Bouligneux par une désagréable route départementale (trop de voitures) ou nous faisons une pause devant le château (photo 2), avant de partir sur de petites routes à travers les étangs de la Dombes. Après le pique-nique, nous faisons un test de 300m sur un chemin défoncé par les tracteurs : les vélos, les sacoches, la carriole,... tiennent bon. Nous commençons à griller au soleil et Greg profite de quelques portions de routes pour s'éclater et faire monter son nouveau compteur, une fois à 29 et une fois à 35 km/h sur du plat (Il faut dire que la route avait un bon revêtement !).




Dimanche 11 mai
Villeneuve - Tonnerre


  • 18 km en vélo rejoindre la gare. En un peu moins d'une heure nous rejoignons la gare avec une confortable avance (on n'est jamais à l'abri d'un coup de barre ou d'une crevaison). Au programme pas mal de descente et de plat avec tout de même une bonne côte entre Chaleins et Lurcy (par le chemin de Novet) et la faible mais longue montée de la rue de la république pour traverser Belleville. On se paye même le luxe de flâner un peu le long de la saône à Montmerle.


  • 1er train : Belleville-Dijon. Le retour en train se passe idéalement. Le premier train est haut mais les portes sont larges et il est équipé d'un important espace pour les vélos. Le conducteur du train viendra même me donner un coup de main à monter mon vélo alors que Greg se bat avec la carriole sur le quai. Un arrêt d'urgence peu avant Beaune (un promeneur sur la voie !) nous à fait craindre de louper notre correspondance mais le train rattrape rapidement son retard.
  • 2ème train : Dijon - Tonnerre. Après un transit toujours aussi facile (ironique !) en gare de Dijon, le dernier train pour Tonnerre est un TER Bombardier récent avec un accès au même niveau que les quais et un espace vélo confortable. L'arrivée à Tonnerre est pourtant toujours problématique (les quais sont toujours trop bas pour sortir en "roulant", ce qui est pourtant possible sur la plupart des gares de la ligne)
  • 1500m en vélo pour rejoindre la maison. On rejoint sans problème les Prés Haut malgré la côte qui casse les pattes et notre chargement. Nous sommes bien contents de rentrer, mais...
...quand est-ce qu'on repart ?


3 commentaires ; laissez-nous vos commentaire !:

les cinq a dit…

Bonjour,
nous avons la même remorque que vous, avec le kit poussette, et le kit jogging. Nous l'utilisons régulièrement depuis un an, pendant nos vacances et au quotidien (courses, promenades à pied, en vélo et footing), pour nos 2 garçons. En vacances, nous privilégions les voies vertes et canaux (canal de Nantes à Brest, d'Ille et Rance l'été dernier, canal du Nivernais l'été prochain). Nous avons constaté une usure prématurée des pneus de la remorque. Bonne route.

Anonyme a dit…

Bonjour petite famille,

pour le bain de ma fille j'utilise en camping une petite baignoire gonflable elle ne prend vraiment pas de place une fois dégonflée et en plus elle se gonfle très bien à la bouche. Je l'ai acheté à Auchan pour même pas 10 euros. Quand à son lit d'appoint, il consiste lui aussi au lit gonflable acheté lui chez fnac éveil et jeux.
Cela fait 2 ans que je les utilsé soit en camping soit dans des hotels ou chez des amis, ils résitent très bien à cet usage.

Tindou

Pim's a dit…

Hello,

Juste un petit conseil. SI jamais vous voulez optimisé la durée de vie de vos jantes ne laissez pas vos vélos chargés lorsque vous les attachez dans le train à la verticale.

La charge est souvent trop importante par rapport au point d'attache, même si la roue arrière repose sur le mur. Pendant le trajet le vélo tangue latéralement.