Bienvenue

Bienvenue sur notre blog .. Vous trouverez sur ces quelques pages notre expérience quotidienne durant trois années sans voiture. Nous espérons que celle-ci vous aidera à sauter le pas ou en tout cas à réduire vos trajets automobiles et pourquoi pas votre empreinte écologique.


Bonne visite !

vendredi 12 septembre 2008

Le choix de notre maison, de notre ville...

La vie sans voiture c'est possible, nous cessons de le montrer et de le démontrer dans ce blog depuis quelques mois. Comme nous avons eu quelques réactions du genre "oui, mais chez moi je n'ai pas tel ou tel service à proximité" ou "c'est pour les riches" ou "il faut habiter en ville"...

Quelques éléments (chronologiques) de réponse :

1. Lorsque nous étions en normandie, en pleine campagne, nous habitions un petit village de 200 habitants et tout se situait entre 3 et 15 kms minimum, sans compter la première gare à 30 km . Mais nous avons fait avec. Certes c'est de l'organisation, du temps,... mais tout était possible, grace au vélo, aux transports en car à 2€ de la seine-maritime,... Nous avons également apprécié la livraison à domicile du supermarché casino (à 12 km) qui se lançait à la même période dans le "bio".





2. Lors de notre dernier déménagement, nous avons fait attention à bien choisir la ville et l'emplacement de notre maison. Pour ce qui est du choix de la commune, nous avons trouvé un juste milieu entre la campagne agréable et son calme, et la ville et ses services. Tonnerre est une ville de 5000 habitants, et des services tel que la bibliothèque, la piscine... Il y a même un petit cinéma et une gare. Et oui, il existe encore de nombreuses communes de moins de 10.000 habitants avec des trains réguliers ! Même si la présence d'école à proximité ne nous préoccupe guère (Zoltan ne va pas à l'école), l'existence de collèges, lycées, clubs de sports peut également être déterminant lorsqu'on a des "ados" si on ne veut pas se changer en chauffeur de taxi (quoi qu'à cet âge, ils peuvent pédaler !). Notre maison, elle, se situe à la limite de la ville, pour ne pas être oppressés par les nuisances du centre ville. Nous avons le bord du canal pour nous balader, la rivière pour se baigner ainsi que la campagne tout autour de nous. Elle se trouve à deux pas du travail de Grégory ! cela évite les déplacements réguliers inutiles. Pour ce qui est d'aller dans de plus grande ville, pour visiter essentiellement (musées, parcs, ...) ou pour accéder à des librairies et autres, il y a le train, les bus départementaux de l'yonne à 2€,...


3. A l'aube d'un nouveau déménagement (notre maison est vendue, mais on ne sait pas encore où nous allons aller), il est clair que notre choix sera guidé par :
  • le prix de l'immobilier (greg travail dans l'animation socioculturelle et laurence ne travaille pas)
  • la présence d'une gare (à moins de 5km)
  • la densité du réseau bus et pistes cyclables
  • l'absence de trop forts dénivelés (zya et zoltan demandant encore à être tirés)
  • la présence de services culturels, bibliothèque principalement, et la richesse du patrimoine et des activités locales
  • la présence de commerces, d'une AMAP ou d'un biocoop, d'un marché,...
Bien évidemment, il faut faire des concessions : il faut s'adapter, peut être se réorganiser, repenser sa vie,... ce qui ne veut pas dire s'enfermer, arrêter de sortir,... bien au contraire. Mais si on veut son grand pavillon et son petit jardin avec sa petite piscine entourés d'une haie infranchissable de thuyas dans un petit village loin de la ville sans pour autant se passer du ciné - Mc Do du samedi soir, effectivement, la vie sans voiture est plus difficilement envisageable (.reste le vélo pour digérer le repas trop gras!) Il reste aussi les taxis, le covoiturage, la location ...
Dans tous les cas, lorsqu'on prend la peine de repenser sa vie sans voiture, on se rend compte qu'on ne perd pas en liberté et en mobilité et après quelques temps sans voiture, le plus dur c'est de subir les voitures des autres, un peu comme la fumée de cigarette... la voiture serait-elle aussi une drogue ?



1 commentaires ; laissez-nous vos commentaire !:

Robin a dit…

Merci pour votre blog.Je peux de plus en plus le conseiller à ceux qui nous interpelle sur notre vie "sans voiture".

Je voulais surtout confirmer l'idée que "le plus dure c'est de subir les voitures des autres". C'est ce que nous nous disons presque tous les matins en accompagnant notre aînée à l'école.
Je dirai même qu'on les subit encore plus à pied qu'en vélo. Surtout dans notre ville où tous les feux et carrefour favorisent les usagers de la route (voitures et vélos) au dépend du piéton, complétement méprisé à Arras.